• Lune, Déesse de la nuit

    Lune, Déesse de la nuit

     

    Lune, Déesse de la nuit

     

    Lorsque j'étais petite,

    j'avais souvent le nez offert à la voûte des cieux,

    mes yeux rivés sur cet immense plafond d'un bleu nuit  constellé d'étoiles.

    En admirant cette merveilleuse toile naturelle dessinée par Dame Nature,

    je me remémorais un poème appris à l'école de Alfred de Musset:

     

    Pâle étoile du soir, messagère lointaine,
    Dont le front sort brillant des voiles du couchant ;
    De ton palais d’azur au sein du firmament,
    Que regardes-tu dans la plaine ?

    La tempête s’éloigne et les vents sont calmés ;
    La forêt, qui frémit, pleure sur la bruyère ;
    Le phalène doré, dans sa course légère,
    Traverse les prés embaumés.

    Que cherches-tu sur la terre endormie ?
    Mais déjà sur les monts je te vois t’abaisser ;
    Tu fuis en souriant, mélancolique amie,
    Et ton tremblant regard est près de s’effacer.

    Étoile qui descend sur la verte colline,
    Triste larme d’argent du manteau de la nuit,
    Toi, que regarde au loin le pâtre qui chemine,
    Tandis que pas à pas son long troupeau le suit :

    Étoile, où t’en vas-tu dans cette nuit immense ?
    Cherches-tu sur la rive un lit dans les roseaux ?
    Où t’en vas-tu si belle, à l’heure du silence,
    Tomber comme une perle au sein profond des eaux ?

    Ah ! si tu dois mourir, bel astre, si ta tête
    Va dans la vaste mer plonger ses blonds cheveux,
    Avant de nous quitter, un seul instant arrête ;
    Étoile de l’amour, ne descends pas des cieux !

    Alfred de Musset

     

    Après cet hommage rendu aux étoiles brillamment illustré par ce grand poète, je souhaitais également porter une attention toute particulière sur l'astre d'argent, la Lune.

    Ce disque lunaire est parfois exceptionnel: surprenant quand son volume est décuplé à certaine période de l'année,  il semble si proche que l'on a envie de tendre le bras et le saisir dans la main.Il s'habille également différemment, tantôt d'un blanc très pur, tantôt son habit est d'or.

    J'ai eu envie d'écrire ces quelques mots après avoir vu et admiré ce bel astre étincelant de beauté sous un ciel parsemé d'étoiles, il n'y a pas si longtemps, en fin d'automne; la lune d'une taille surdimentionnée et d'une teinte dorée semblait à portée de mains.

    Je vous invite à les découvrir ci dessous!

    Excellent semaine 

     

    Lune, déesse de la nuit

    Lune, Déesse de la nuit

     

    Déesse de la nuit, en robe de satin

    Tu éclaires nos nuits, adoucit nos chagrins.

     

    Après une période de mystère caché, 

    Ton trajet sublimé en phases divisées:

    Rotation parcourue autour de la terre, 

    Tu montres ta face formant une sphère. 

     

    Astre étincelant, ton aura dévoilé

    Délivre sa splendeur aux humains fascinés.

     

    Sous la voûte des cieux, tu brilles de mille feux

    Quand ton disque lunaire apparaît à nos yeux.

    Ton éclat d'un blanc pur ou de teinte dorée

    Vraie tenue d'apparat dans le ciel étoilé

    Invite à rêver devant tant de beauté.

     

    Déesse de la nuit, ta vision enchante

    Par ton reflet luisant dans l'eau miroitante

    Nos cœurs et nos âmes s'imprègnent du tableau

    Oeuvre éphémère d'un fond bleu indigo.

     

    Tu sembles si proche, ta rondeur immense,

    Ta clarté dans la nuit baignée de silence

    Apportent une note de magie et fleurie.

    Cueillir l'instant présent sur le fleuve de la vie!

     

    D'éloges funèbres en odes célèbres,

    Tu te détaches au milieu des ténèbres,

    Tu nargues la noirceur comblant nos yeux ravis.

    Déesse de la nuit, tu es source de vie!

     

     

    Rose-Ann L ©

     

     


    Tags Tags : , ,