• Hokusai

    Hokusai

     

     

    Hokusai (Hokousaï) est né en 1760 dans un faubourg campagnard d’Edo  (aujourd'hui Tokyo), sur la rive orientale du fleuve Sumida : il gardera dans ses patronymes le nom de cette zone rurale : Katsushika. Adopté à l’âge de trois ans par un artisan d’art, fabricant de miroirs à la cour du shōgun (shōgun est une abréviation de seiitaishōgun, une ancienne fonction impériale du Japon c’est à dire : « grand commandant militaire pour la soumission des barbares »), il développe des aptitudes précoces pour le dessin.

    HokusaiIl fut l'un des plus grands peintres, et graveur japonais. Grand maître de l'estampe japonaise, et illustrateurs, il est surtout connu pour son œuvre étonnante: La Grande Vague . Hokusai aimait représenter la nature ainsi que la vie quotidienne des gens du peuple, comme les artisans, les paysans, les pêcheurs. 

    Montagne sacrée du Japon, refuge de nombreux temples shintoïstes, le mont Fuji devient le thème unique d’une série de trente-six estampes réalisées par Hokusai au tout début des années 1830.


    HokusaiLe message qui résulte de ces estampes en décrivant les scènes de la vie quotidienne des gens du peuple et les éléments qui les entourent met en évidence ce qui importait à Hokusai:  "Le thème des Trente-six vues du Mont Fuji est le rapport entre l’homme et la nature, tour à tour protectrice ou menaçante".

    Certaines estampes s’inscrivent dans la plus pure tradition japonaise, avec sa vision frontale du mont occupant le premier plan.

    Hokusai D’autres au contraire adoptent un point de vue avant-gardiste, comme dans la célèbre Grande vague au large de Kanagawa, où le Fuji apparaît au loin, minuscule, prêt à être englouti par la vague gigantesque, au creux de laquelle s’aventure une frêle embarcation.


    L’emploi du bleu de Prusse introduit au Japon en 1820, lui ouvrira d'infinies possibilités,  il emploiera ce pigment dans de nombreuses estampes où il sera décliné en une palette de nuances bleutées.

    HokusaiFort de ce premier succès, Hokusai édita une nouvelle série : Cent vues du mont Fuji, publiées en trois volumes entre 1834 et 1840. La popularité de ces deux ensembles dépassa rapidement les frontières du Japon et exerça une influence considérable sur l’Europe, et plus particulièrement sur les peintres français comme Claude Monet ou Paul Gauguin.

     

    Hokusai

     

    HokusaiDans les années 1830, par une subtile alchimie de la couleur, où le bleu de Prusse est omniprésent dans ses estampes, et de son dessin, Hokusai reproduit le mont Fuji sous de multiples points de vue sans être répétitif, bien au contraire, il le sublime, il le met en valeur tantôt en lui accordant une place de choix en premier plan , tantôt fondu dans un paysage où ce sont les gens du peuple qui entrent en scène dans leur activité quotidienne.

    HokusaiLes légendes entourent la montagne sacrée. Ce mythique volcan est évoqué depuis le VIII ème siècles dans la littérature et la peinture japonaise. Ce qui est novateur dans les estampes réalisées par Hokusai est son habileté à intégrer à son savoir-faire, les techniques de la perspective occidentale.

    HokusaiGénie protéiforme, créateur audacieux, Katsushika Hokusai (1760-1849) incarne la spiritualité et l’âme japonaises. « Fou de dessin » (gakyôjin) tel qu’il aime à s’appeler lui-même, doué d’une curiosité artistique insatiable et d’un élan créateur durable et fécond tout au long d’une carrière prolifique, longue de soixante-dix années, servi par une extraordinaire capacité de travail, il laisse une production monumentale, comprenant des milliers d’œuvres remarquables tant par leur qualité esthétique que par leur variété stylistique : peintures, dessins, gravures, livres illustrés, manuels didactiques.

    HokusaiIl pratique tous les genres traditionnels, – portraits de geishas, d’acteurs de kabuki et de lutteurs de sumo, scènes de la vie quotidienne, cartes de vœux raffinées (surimono), illustrations de romans et de poésies –, mais c’est dans les années 1830, avec la publication de ses grandes séries de paysages, où il traite pour eux-mêmes les sites naturels, qu’il donne une vigoureuse impulsion à l’estampe japonaise.

    HokusaiAdoptant un style tout à fait original, il réalise une synthèse entre son acquis oriental et l’assimilation des influences occidentales pour composer des paysages inattendus, d’une saisissante beauté.

     

    HokusaiCette estampe, emblématique de l'art japonais, ouvre la série des Trente-six vues du mont Fuji. 

    La composition met en valeur le contraste entre la force de la nature et la fragilité de la vie humaine. Cette idée est exprimée par la vulnérabilité des embarcations et le déferlement de la vague immense. La sombre ligne de partage entre la mer et le ciel souligne l'opposition entre les forces obscures et terrestres d'un côté, célestes et lumineuses de l'autre, symbole du ying et du yang.

    L'art occidental a manifestement influencé Hokusai. En plaçant la vague au premier plan - et non le mont Fuji - et en se situant lui-même au cœur de l'action, il fait, là, preuve d'innovation.

    Le thème de la « grande vague » a parallèlement inspiré les peintres impressionnistes ou un compositeur comme Claude Debussy, qui la fera reproduire sur la couverture de sa célèbre symphonie, La Mer.

     

    HokusaiSur l’estampe La rivière Tama dans la province de Musahi, la vie quotidienne  de ces gens est à l’honneur, au pied du Mont Fuji, au bord de la rivière, comme sur le cours d’eau. Hokusai en rend le mouvement par des lignes ondulées, bleu sombre. Ces vagues légères contrastent avec l’immobilité du décor tout autour. Le Fuji trône, serein et tranquille en toile de fond, au dessus de la brume qui le sépare des eaux mouvantes.

     

    Après avoir été dédaignées de son vivant, ses œuvres sont aujourd'hui recherchées comme des objets inestimables; il a surtout travaillé pour l'illustration des livres, pour la gravure en couleurs, pour les modèles d'enseignement.

    Hokusaï est certainement l'artiste oriental qui s'accorde le mieux avec le goût occidental. Il a les facultés générales, les moyens techniques qui font les grands maîtres, sans distinction de temps ni de pays. 

     

    Retour à la rubrique : Art et Culture

    ICI 

     

     

    Source: 

    http://www.japonasiemute.com/archives/2010/11/26/17705950.html

    http://www.cosmovisions.com/Hokusai.htm

    https://www.grandpalais.fr/fr/article/hokusai-et-les-trente-six-vues-du-mont-fuji

    http://expositions.bnf.fr/japonaises/grand/086.htm