• Art et Culture

     Pour une lecture plus aisée des sujets abordés, j'ai fait un tableau récapitulatif de l'item "art, culture et émotion": classement  effectué du plus ancien au plus récent article avec lien direct.En bas de chaque page,  un retour possible vers ce tableau en cliquant sur "ici".

     

  • La grotte de Choranche

     

    Il s'avère que le monde souterrain regorge de beauté, un monde fascinant et coloré s'offre à nos yeux sous nos pieds. Aujourd'hui, je vous emmène encore une fois visiter les entrailles de la terre, cette fois près de chez nous, car ce site remarquable se trouve en France dans le Vercors...En effet, notre pays est truffé de grottes, de cavernes.

    Au sud de l’Isère dans le Vercors, la Grotte de Choranche s'offre comme un bijou dans un écrin caché aux yeux des  hommes.Une cavité où l'être humain ne peut que s'incliner devant  la magie de cet  univers féerique, en découvrant un monde souterrain aux reflets émeraude et cristallins, où les galeries s'illuminent au rythme des pas du visiteur.

    De véritables pailles de calcite sont présentes en grand nombre dans la grotte, un spectacle remarquable au fil de deux rivières souterraines qui dévoilent au cours de la visite ses merveilleuses stalactites fistuleuses.Le clou de cette promenade sur les traces de Jules Verne est le son et lumière, haut en couleurs dans la salle gigantesque de la Cathédrale.

    Attention, un petit dragon hante les lieux, nommé protée anguillard ou salamandre blanche, un étrange animal cavernicole, originaire de Slovénie, aveugle, dépigmenté, capable de jeuner plusieurs mois, cependant il peut vivre jusqu'à 80 ans,   (voir mon article sur la grotte de Postojna où je décris cet amphibien exclusivement aquatique: ici ).

     

    La grotte de Choranche

     

    Lire la suite...


  •  Construction Insolite:

    "La Pagode"

    Le saviez-vous?

    Il existe à Paris dans le 8ème arrondissement, une construction atypique, à l'architecture insolite  au cœur de magnifiques immeubles haussmanniens qui a même donné lieu à des mouvements de révolte dans le  quartier pour que la bâtisse soit abattue car à l'époque elle n'était pas acceptée.

    Ce bâtiment représente une pagode, et pourtant à l'origine de sa construction, elle était  conforme au style du XIX ème en cours dans la capitale française, de type classique.  Sa modification a eu lieu après avoir été vendue à un riche collectionneur d'art chinois qui l'a transformée en ajoutant deux étages afin de servir d'écrin à ses magnifiques objets d'art, son toit reconstruit et les façades entièrement enduites de couleur rouge, très visible de loin...  

     

    Le saviez-vous?

     

    Lire la suite...


  • Hokusai

     

     

    Hokusai (Hokousaï) est né en 1760 dans un faubourg campagnard d’Edo  (aujourd'hui Tokyo), sur la rive orientale du fleuve Sumida : il gardera dans ses patronymes le nom de cette zone rurale : Katsushika. Adopté à l’âge de trois ans par un artisan d’art, fabricant de miroirs à la cour du shōgun (shōgun est une abréviation de seiitaishōgun, une ancienne fonction impériale du Japon c’est à dire : « grand commandant militaire pour la soumission des barbares »), il développe des aptitudes précoces pour le dessin.

    HokusaiIl fut l'un des plus grands peintres, et graveur japonais. Grand maître de l'estampe japonaise, et illustrateurs, il est surtout connu pour son œuvre étonnante: La Grande Vague . Hokusai aimait représenter la nature ainsi que la vie quotidienne des gens du peuple, comme les artisans, les paysans, les pêcheurs. 

    Montagne sacrée du Japon, refuge de nombreux temples shintoïstes, le mont Fuji devient le thème unique d’une série de trente-six estampes réalisées par Hokusai au tout début des années 1830.


    HokusaiLe message qui résulte de ces estampes en décrivant les scènes de la vie quotidienne des gens du peuple et les éléments qui les entourent met en évidence ce qui importait à Hokusai:  "Le thème des Trente-six vues du Mont Fuji est le rapport entre l’homme et la nature, tour à tour protectrice ou menaçante".

    Certaines estampes s’inscrivent dans la plus pure tradition japonaise, avec sa vision frontale du mont occupant le premier plan.

    Hokusai D’autres au contraire adoptent un point de vue avant-gardiste, comme dans la célèbre Grande vague au large de Kanagawa, où le Fuji apparaît au loin, minuscule, prêt à être englouti par la vague gigantesque, au creux de laquelle s’aventure une frêle embarcation.


    L’emploi du bleu de Prusse introduit au Japon en 1820, lui ouvrira d'infinies possibilités,  il emploiera ce pigment dans de nombreuses estampes où il sera décliné en une palette de nuances bleutées.

    HokusaiFort de ce premier succès, Hokusai édita une nouvelle série : Cent vues du mont Fuji, publiées en trois volumes entre 1834 et 1840. La popularité de ces deux ensembles dépassa rapidement les frontières du Japon et exerça une influence considérable sur l’Europe, et plus particulièrement sur les peintres français comme Claude Monet ou Paul Gauguin.

     

    Hokusai

    Lire la suite...


  • La grotte de POSTOJNA

    en Slovénie

     

    La grotte de Postojna

     

    La grotte de PostojnaÀ une demi-heure au sud de Ljubljana la capitale de la Slovénie, on peut découvrir un site remarquable: une grotte karstique, la plus longue d’Europe avec ses 24 kilomètres de galeries souterraines à la beauté stupéfiante  parées de stalactites et stalagmites exceptionnelles dont une petite partie a été aménagée pour le tourisme. En Avril 2018, la grotte de Postojna a célèbré son 200 ème anniversaire. D'immenses cavernes ornées par une forêt de concrétion portant des noms qui font rêver."Les Géantes" dévoilent  des salles grandioses !

    Plus de 150 espèces animales vivent dans les grottes karstiques de Slovénie, la plus grande d'entre elles étant le protée anguillard (Proteus anguinus).

    Un voyage inoubliable sous terre, digne du roman de Jules Verne "Voyage au centre de la terre".

    La grotte de Postojna

    La grotte de Postojna

    Lire la suite...


  • Les Baux de Provence

     et ses carrières de lumière

     

    Les Baux de Provence

      

    Posée comme un joyau à plus de 240 mètres d'altitude, au cœur des Alpilles sur un éperon rocheux, la Cité des Baux de Provence petit village médiéval, domine Arles et la Camargue . Ce site de notoriété internationale offre un panorama incomparable et possède un patrimoine historique et architectural exceptionnel avec 22 monuments classés dont la Citadelle des Baux. 

    Les Baux de ProvenceEn contrebas du village des Baux de Provence se dresse le Val d’Enfer,  où un monde minéral et chaotique est chargé de légendes dessine un paysage exceptionnel.L'érosion a creusé de nombreuses grottes dans les rochers du Val d’enfer.

    Frédéric Mistral en parlait comme d’un "cataclysme de pierre ". Jean Cocteau émerveillé par la beauté de la région décida de  tourner le film "Testament d’Orphée". 

    Cet endroit remarquable du Val d’enfer abrite aussi un lieu singulier, une carrière de calcaire blanc creusée dans une colline, qui fut exploitée jusqu’en 1935.

    En 1977 naît "Cathédrales d'Images", le projet d'Albert Précy, alors rédacteur en chef du Parisien, pour la projection de spectacles audiovisuels, uniques au monde !

    Les Baux de ProvenceAujourd’hui, sous le nom de "Carrières de Lumières" l'équipe de Gianfranco Iannuzzi fait vibrer les anciennes carrières, un lieu phénoménal, en projetant des tableaux sur les murs, les piliers et le sol servant d'écran géant allant jusqu'à 14 mètres de hauteur entrecoupé de piliers larges de 5 m (soit plus de 2000 images numériques projetées sur 7000m2 de surfaces). Depuis 2012, le dispositif des Carrières de Lumières permet de réaliser des expositions d’art immersives uniques en leur genre où le public perçoit des détails d'une précision exceptionnelle.


     Les Baux de Provence Du sol au plafond, la salle est  intégralement recouverte d'œuvres d'artistes.

     

     

                      La vidéo dure 2mn 

                             

     

    Les Baux de ProvenceCette année du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019, les Carrières de Lumières accueillent  au cœur de ses parois phénoménales de calcaire, les œuvres  de Picasso et autres maîtres espagnols.La première partie met en scène les portraits et scènes de vie quotidienne de Francisco de Goya, Santiago Rusiñol, Ignacio Zuloaga et  Joaquin Sorolla y Bastida. La seconde partie se concentre sur Pablo Picasso,  l'un des grands maîtres  de l'art du 20ème siècle.

    Véritable invitation au voyage, cette création multimédia inédite retrace un siècle de peinture espagnole pour une expérience artistique intense.

     

    Les Baux de Provence

      

    Lire la suite...





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique