• Jardin à la française

    Jardin à la française

    Le jardin à la française ou jardin classique est un jardin à ambition esthétique et symbolique. Il porte à son apogée l'art de corriger la nature pour y imposer la symétrie. Il exprime le désir d'exalter dans le végétal le triomphe de l'ordre sur le désordre, de la culture sur la nature sauvage, du réfléchi sur le spontané. Il culmine au XVIIe siècle avec la création pour Louis XIV des jardins de Versailles bientôt copiés par toutes les cours d'Europe.


    Jardin à la françaiseAvec le couronnement de Louis XIV et ses rêves de magnificence, le jardin revêt un enjeu politique. Il marque la grandeur et la maîtrise du monarque. Le désordre de la nature se doit d'être dompté pour laisser la place à la symétrie, à l'ordre et à la perspective. Les découvertes récentes de l'optique impulsent une vision architecturale de la nature.Le Jardin Français n'est donc plus seulement un lieu de promenade et de culture potagère, il est le prolongement du château et à ce titre, il se doit de répondre aux critères de l'architecture de la demeure. Rien n'est laissé au hasard.Le plan d'ensemble est géométrique et la symétrie est poussée à l'extrême.

    L'harmonie savamment calculée dans le dessin des parterres et l'emploi des surfaces d'eau venant s'intégrer aux compartiments de verdure sont les premiers exemples de ce qui constitue l'esprit du jardin classique


    Jardin à la françaiseDès le XVIe siècle,  le jardin à la française s'inspire des jardins italiens, c'est-à-dire un jardin clos, délimité par un mur. A l'intérieur, il y a des topiaires (des arbustes sculptés), des fontaines, des statues et au-delà du mur, c'est la campagne. Le Nôtre au XVIIe siècle va bouleverser tout les codes de façon radicale en  aménageant tout le territoire situé entre le mur de clôture et l'horizon. Il  conquiert tout l'espace en le maîtrisant. Et le paysage travaillé par l'homme va jusqu'aux limites de l'horizon et si possible à 360 degrés.

     

    Jardin à la française

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • L'esplanade de la Concorde

    avec son Obélisque, ses Fontaines et ses 

    lampadaires à colonnes rostrales

    (Place de la Concorde à Paris)

     

    Même si vous n'avez jamais foulé de vos pas, la Place de Concorde,  vous avez eu certainement l'occasion de voir des reportages ou des photographies sur les trésors qu'elle recèle.La place de la Concorde se situe dans le VIII ème arrondissement de Paris, au pied de l’avenue des Champs-Élysées. Elle se distingue aujourd’hui par l’Obélisque de Louxor , par les prestigieux hôtels aux façades identiques, par les fontaines monumentales: la Fontaine des Mers et la Fontaine des Fleuves, et les lampadaires à colonnes rostrales. Les touristes affluent pour déambuler sur cet esplanade atypique, qui figure parmi les sites les plus visités de la Capitale française.

     

    Cette  place la plus vaste de Paris, richement parée n'a pas toujours eu ce visage avenant.Dans le passé, elle a été témoin de bien des drames, l'odeur du sang était si forte, que les chevaux se cabraient en approchant de la place.À cette époque, elle ne s'appelait pas encore "Place de la Concorde" mais "Place Louis XV". Créée en 1772, la place de la Concorde a d’abord été connue pour avoir été l’un des lieux d’exécution pendant la Révolution Française. Louis XVI et Marie-Antoinette, Danton, Robespierre y furent guillotinés. C’est entre 1836 et 1846 que l’architecte Jacques-Ignace Hittorf a façonné la place pour devenir celle que l’on connaît aujourd’hui.

    Mais bien avant la révolution, la Place Louis XV était un ancien marécage.

     

     

    Lire la suite...


    5 commentaires
  • Hokusai

     

     

    Hokusai (Hokousaï) est né en 1760 dans un faubourg campagnard d’Edo  (aujourd'hui Tokyo), sur la rive orientale du fleuve Sumida : il gardera dans ses patronymes le nom de cette zone rurale : Katsushika. Adopté à l’âge de trois ans par un artisan d’art, fabricant de miroirs à la cour du shōgun (shōgun est une abréviation de seiitaishōgun, une ancienne fonction impériale du Japon c’est à dire : « grand commandant militaire pour la soumission des barbares »), il développe des aptitudes précoces pour le dessin.

    HokusaiIl fut l'un des plus grands peintres, et graveur japonais. Grand maître de l'estampe japonaise, et illustrateurs, il est surtout connu pour son œuvre étonnante: La Grande Vague . Hokusai aimait représenter la nature ainsi que la vie quotidienne des gens du peuple, comme les artisans, les paysans, les pêcheurs. 

    Montagne sacrée du Japon, refuge de nombreux temples shintoïstes, le mont Fuji devient le thème unique d’une série de trente-six estampes réalisées par Hokusai au tout début des années 1830.


    HokusaiLe message qui résulte de ces estampes en décrivant les scènes de la vie quotidienne des gens du peuple et les éléments qui les entourent met en évidence ce qui importait à Hokusai:  "Le thème des Trente-six vues du Mont Fuji est le rapport entre l’homme et la nature, tour à tour protectrice ou menaçante".

    Certaines estampes s’inscrivent dans la plus pure tradition japonaise, avec sa vision frontale du mont occupant le premier plan.

    Hokusai D’autres au contraire adoptent un point de vue avant-gardiste, comme dans la célèbre Grande vague au large de Kanagawa, où le Fuji apparaît au loin, minuscule, prêt à être englouti par la vague gigantesque, au creux de laquelle s’aventure une frêle embarcation.


    L’emploi du bleu de Prusse introduit au Japon en 1820, lui ouvrira d'infinies possibilités,  il emploiera ce pigment dans de nombreuses estampes où il sera décliné en une palette de nuances bleutées.

    HokusaiFort de ce premier succès, Hokusai édita une nouvelle série : Cent vues du mont Fuji, publiées en trois volumes entre 1834 et 1840. La popularité de ces deux ensembles dépassa rapidement les frontières du Japon et exerça une influence considérable sur l’Europe, et plus particulièrement sur les peintres français comme Claude Monet ou Paul Gauguin.

     

    Hokusai

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Les plus beaux théâtres de Paris 

    Paris, ville des lumières… et capitale de la culture et du divertissement !

    C'est une évidence acceptée par le plus grand nombre qu'il soit de France ou de Navarre.Le sixième art (les arts de la scène: théâtre, danse, mime, cirque) a la part belle dans les activités réservées au loisir et à la culture. D'ailleurs, la Capitale est dotée de nombreuses salles remarquables au décor somptueux, dont certaines sont des théâtres classés au patrimoine des monuments historiques de France.

    Et contrairement à l'idée que nous avons du spectacle, il n'est  pas seulement sur scène, l'édifice joue aussi un rôle essentiel. Pour qu'un joyau soit mis en valeur, il lui faut un bel écrin.Qu'en pensez-vous?

    Je ne peux pas vous parler de toutes les salles, j'en ai sélectionné quelques unes, qui sont splendides à mes yeux. J'ai eu le grand plaisir de m'imprégner de la magie de quelqu'une d'entre elles.

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Commémoration du 

    centenaire de l'armistice de la Grande Guerre:

     1918-2018

     

    Près de 70 chefs d'Etat, de gouvernement et dirigeants des grandes institutions internationales, dont Donald Trump, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Benjamin Netanyahou, Recep Tayyip Erdoǧan, Justin Trudeau,  Mohammed VI,  pour ne citer qu'eux, ont été réunis dimanche 11 novembre à Paris pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Grande guerre de 1918.  La commémoration a eu lieu à l’Arc de triomphe où un discours du président Emmanuel Macron a été prononcé, la cérémonie a été suivie d'un déjeuner à l’Elysée.

    Beaucoup d'émotion durant "Le Boléro" de Ravel interprété magistralement par l'orchestre des jeunes de l'Union européenne. Pendant l'interprétation symphonique,  des scènes de vie quotidienne  de cette époque déchirée par la guerre étaient  diffusées sur des écrans géants et défilaient sous nos yeux. ( la vision d'hommes estropiés, des hommes dans les tranchées, ou encore "des gueules cassées"  mutilées par les projectiles, des femmes participant aux efforts de guerre travaillant dans des fabriques de munitions ou d'obus, s'occupant des nombreux  blessés dans les hôpitaux ... )

    Un moment très attendu aura lieu à La Villette. 

    Angela Merkel, la chancelière allemande, ouvrira ensuite, à 15h30 la première édition du « Forum pour la paix » dans la Grande Halle de la Villette, dans le nord-est de Paris.

    Commémoration du centenaire de l'armistice de 1918

    Lire la suite...


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires